Velodyne CHT-12R, enfin le ‘.1′

Voici enfin arrivé mon nouvel équipement Home Cinéma, un Subwoofer Velodyne CHT-12R venant transformer mon ensemble 5.0 en un joli 5.1. Après deux ans d’attente, de réflexions, de recherches et d’hésitations je me suis (enfin) lâché, profitant d’une opération promotionnelle de la gamme.

Réception du matos : waooww c’est énorme !
Après quelques hésitations et tergiversations, je décide de le placer à côté de mon canapé, c’est à dire au niveau de l’écoute. Il est classiquement déconseillé de placer un SUB à ce niveau mais mes contraintes intérieures sont ainsi faites. Après quelques essais, je suis rassuré, le résultat est bon, pas optimal mais parfaitement cohérent et équilibré. L’idéal aurait été de le placer en plein milieu du salon…. inutile de dire que c’était exclu :lol:

Aller, c’est parti pour un calibrage à l’aide de l’YPAO de mon ampli Yamaha 1400. L’YPAO est une fonctionnalité Yamaha (présente à partir du modèle 1400) permettant d’équilibrer l’ensemble des enceintes. C’est ultime, ne serait-ce que pour avoir une base d’étalonnage. Comment ça se passe ? On branche le micro sur l’entrée dédiée à cet effet sur l’ampli et ce micro est positionné au niveau de l’écoute (sur le canapé au plus proche de la position de l’oreille). Ensuite… eh bien START et l’ampli génère des sons variés (biiip … frrrrr… schrfff…) sur chaque enceinte pour régler la distance de chaque enceinte, la puissance du signal.. etc. Vraiment très très pratique. Bon aller, ce n’est pas l’objet de ce billet.

Après étalonnage à l’YPAO donc, j’enchaîne sur un rodage du caisson via quelques *.wav trouvé sur le NET. Le rodage a pour but de faire bouger la membrane du SUB de façon à “l’assouplir”, ceci permet d’avoir un bon rendement du matos plus rapidement. D’ailleurs, j’ai à nouveau étalonné mon ensemble après ce rodage car le SUB s’exprimait déjà nettement mieux. Assurément, il va s’améliorer au fil du temps mais la différence sera moins sensible (quoique).

Place aux essais in-situ !
Je me paie U-571, film primé pour sa bande son. Waooow ça pown ! T’ain rhaa lovely… c’est énorme la différence avec et sans SUB… je suis emballé et je passe mon temps à écouter la réponse du SUB plutôt qu’à regarder le film (bon je le connais en même temps) :lol: .

Le lendemain, je me loue le dernier film de Clint Eastwood : Mémoires de nos pères.
Alors là c’est la claque ! Certains plans sont filmés proche de canons allemand ça fait des grands boaaaooommm à chaque salve. C’est ENORME et j’en profite pour pousser un peu plus le volume du caisson :mrgreen: Je ne cherche pas à avoir un truc qui fait boom boom mais là, c’est trop jouissif ces coups de canons. Je n’ai quasiment pas vu le film, étant plus attentif à la partie sonore qu’à l’histoire :mrgreen: Il va falloir que je me le reloue.

Depuis, j’ai loué quelques DVD et le plaisir sonore est systématique. Les basses sont présentes, nettes, sèches, précises et j’ai l’impression que c’est de mieux en mieux, y compris sur des films dont la bande sonore peut être considérée comme secondaire. Hier encore (j’avais 20 ans), une scène dans le film La vie des autres. Scène insignifiante mais c’est pour l’exemple. Un personnage prend le micro lors d’une réception et tapote dessus pour vérifier qu’il est “plugged” : waooww ces petits coups de basses envahissants, secs, courts… rhaaa lovely.

Vous l’aurez compris, je suis emballé par ce nouvel équipement. Ca change fondamentalement la scène sonore des DVD mais pas seulement. Ma PS2 étant raccordée à mon ampli HC, j’ai également pu apprécier la différence sur un jeu comme Shadow of the Colossus. C’est grand.

2 Responses to “Velodyne CHT-12R, enfin le ‘.1′”

  1. vOrkO Says:

    Héhé, cool ça :)

    Remarque, si ça n’avait rien changé, bonjour la haine… ça t’a coûté combien, au fait, pour évaluer l’investissement ?

    Tu vas pouvoir nous montrer ça la prochaine fois qu’on viendra squatter chez toi ^^ Allez, aboule le VP, comme ça on profitera du son AVEC l’image :grin:

    Sinon, il est si grand que ça, ce caisson ? T’aurais pu le peter sous la table basse, histoire qu’il soit bien centré quand tu regarde un film….

  2. Moktar Says:

    Pour faire simple, j’ai payé 600€ (SUB + câble coax en Y de 5m).

    Oui, c’est gros un SUB :
    Dimensions (LxHxP) : 380 x 460 x 490 mm
    Poids : 27 Kg

    Le mettre sous ma table basse ? Rhooo nawak avec un câble dans les pieds et un énorme cube noir qui nous saoule au quotidien .. tsss tsss tsss… En plus, ce n’est pas à cet endroit qu’il serait le mieux… loin de là.

    Un caisson ne se centre pas, les fréquences basses ne sont pas directives. Il faut le placer dans la pièce à l’endroit où les basses sont perçues comme propres et puissantes.
    La technique est simple : On place le caisson à l’endroit de l’écoute (à la place de l’auditeur), on passe un CD/DVD adéquate et on se promène dans la pièce. La position où les basses sont les mieux décrit la position du SUB.

    Une démo : jamais simple à faire finalement puisque qu’il faut de la matière (source) et le rendu est surtout général sur des effets ponctuels. C’est comme si l’on essayait de faire la démo d’une ambiance d’un film à coup de petits passages, significatifs dans le film, mais ne rendant quasiment rien de façon isolés.

    A voir.

Leave a Reply